Les avant-guerres ont trouvé leur paradis au Vintage Revival Montlhery

Chers lecteurs, j’espère que vous êtes prêts pour le Vintage Revival Montlhery.

Dans cet article, je ne vais pas parler de véhicules lambda. Aujourd’hui, nous retournons aux racines de notre passion. Je devrais dire, à l’essence du sport mécanique, mais aussi à la quintessence de l’automobile. Je veux parler des véhicules d’avant-guerre.

Dans cet article, je ne vais pas parler d’une sortie lambda. Vous allez comprendre ce à quoi ressemble un évènement sortant de l’ordinaire, et pourquoi il n’a nul équivalent.

Ca s’est passé il y a quelques week-ends, c’était fabuleux, vous l’avez raté ? Vous avez fait une grosse erreur !

vintage_revival_montlhery_alraromeo_6c_roadrugcars_road_rug_cars

Le Vintage Revival Montlhery, où se côtoient les sportives d’avant 1940.

Laissez à la maison vos notions d’électronique, de sécurité, d’assistance. Elles ne vous seront pas utile. À l’époque, une voiture était composée d’un moteur, d’un châssis et de quelques roues. Avec un peu de chance, il y avait une carrosserie, et encore, pas tout le temps. Tout le reste était superflus, et c’était bien comme cela.

Oubliez les supercars, hypercars, hypersupercars, hypersupermégacars. Elles peuvent être conduites par tout le monde. Où est la performance, la prouesse de faire quelques kilomètres à leur volant ? Il est certain que les voitures modernes sont plus rapides, plus performantes et plus précises que jamais. Peu importe, elles ne procureront jamais autant de sensations qu’une avant-guerre.

vintage_revival_montlhery_roadrugcars_road_rug_cars
Credits Alex Velkov

Cet article rend hommage aux bolides qui ont été fabriqués pour de braves conducteurs, et non pour de riches footballeurs. Ces hommes étaient assez courageux pour courir sur des bêtes mécaniques qui leurs promettaient le danger à chaque virage.

Ce week-end de mai, une bande de fou-furieux accompagnés de ces machines avait rendez-vous sur la piste de Montlhery, notamment réputée pour son immense banking (52% d’inclinaison à son sommet).

On vient de loin pour Montlhery ! (et parfois par la route)

Le Vintage Revival Montlhery est un événement qui célèbre tous les deux ans les voitures d’avant-guerre, sportives de préférence. Cette année se déroulait la 5e édition.

Cet évènement s’agrandit à mesure qu’il s’améliore. Une preuve de son succès ? La quantité d’équipes étrangères, notamment anglaises et allemandes. Au Vintage Revival Montlhery, non seulement elles sont présentes, mais elles représentent la majorité des participants. Quand on sait où se trouvent les pièces les plus fabuleuses, ça compte.

Les propriétaires de ces voitures d’exception ne font pas seulement un long voyage, mais jouent le jeu à fond en venant par exemple avec leur camion Mercedes 1958 pour remorquer l’équipe et tout un atelier. Ou encore, à l’image de Duncan Pittaway et de son groupe d’amis, en ralliant montlhery par la route, ou du moins par l’Eurotunnel, au volant de leur GN orange et d’une Monarch 1913.

vintage_revival_montlhery_amilcar_roadrugcars_road_rug_cars

En parlant de la Monarch. Il s’agit d’un engin impressionnant (photographié en couverture de cet article), car équipé d’un 0X-5, à savoir un moteur d’avion de 9 litres développant 120 CV. Son propriétaire est connu pour faire le spectacle lors du Festival of Speed ou du Goodwood Revival avec la célèbre « beast of Turin », une Fiat S76 de 300 CV.

Venir par la route ne lui suffisait visiblement pas, car il nous a offert un festival sur la piste, en glissant dans les virages, et en se mettant chaque fois en dérive à la sortie de la chicane installée devant les stands.

Un goût des années 30 dans le paddock de Vintage Revival Montlhery

Le spectacle ne se déroulait pas seulement sur la piste, mais également dans les paddocks. A commencer par cette gamme complète d’Alfa Romeo 6C et 8C, aussi bien en version Touring que compétition, à quatre, deux ou encore une place. Seul Goodwood est capable de concentrer autant de voitures aussi rares, belles et authentiques.

Mais le monde de l’automobile d’avant-guerre ne se résume pas à Alfa Romeos, ni à Bugatti. L’organisation a respecté l’histoire, en essayant de présenter les voitures et les motos les plus diverses et les plus originales.

Parmi celles-ci, la catégorie des gros cub des années 10 et 20. Le summum du pur et dur, consistant essentiellement dans le fait de poser des moteurs à forte cylindrée sur châssis nus, ou presque. Ce n’est pas raisonnable, c’est brutal. C’est exactement ce que vous aviez envie de voir.

Leur réveil, peu avant le créneau qui leur est dédié, offre un spectacle incroyable. Et même une sorte de rituel romantique pour certaines d’entre elles : réglage de l’allumage, amorçage du carburant et lubrification via une pompe manuelle, réglage des soupapes, et puis, un bon gros coup de manivelle bien placé.

Sinon, un autre moyen consiste à les pousser. Je me suis fait un ami qui a passé son week-end à cela, au milieu de la foule, en criant « attention, attention ! Le démarrage de la vielle Bédélia familiale de 1901 lui a couté au moins 8 ou 9 passages.

Accessible malgré son succès

Si vous considérez que les meetings et autres salons automobiles ont tendance à être de plus en plus sophistiqués ou inaccessibles, vous devez vous rendre au Vintage Revival Montlhery.

Vous n’y rencontrerez pas de tentes VIP, pas de barrière protégeant les voitures, ni même de paddock organisé. Les voitures sont la plupart du temps regroupées par marque ou par nationalité, mais c’est tout. L’évènement tient plus de la journée de roulage informelle (fois 10 ou 100) que de l’évènement international. L’ambiance s’en ressent. Les voitures et leur conducteurs sont accessibles. Il est possible de les toucher (du moins les voitures), discuter avec eux (du moins avec les conducteurs).

vintage_revival_montlhery_gar_roadrugcars_road_rug_cars

Le samedi, les conditions météorologiques étant un peu difficiles, ces reines de beauté, ou d’histoire, étaient garées dans la gadoue, ou sur l’asphalte détrempée quand elles avaient de la chance. Ceci offrit des scènes surréalistes. Le dimanche, la paddock s’est mis à sécher pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Les participants et visiteurs, protagonistes d’un jour

Le Vintage Revival Montlhery, c’est avant tout une atmosphère conviviale, qui ne se limite pas au rassemblement de copains venus présenter leurs autos. Tout le monde participe au jeu, et répond à l’invitation de l’organisation de venir vêtu comme au bon vieux temps, spectateurs les premiers !

Le sosie officiel de Tazio Nuvalori, présent sur tous les grands événements, est la pour faire le show. Et oui, si même Tazio est présent… c’est que ca doit quand même être sacrément bien.

Ces deux jours passés dans les paddocks m’ont permis de donner rendez-vous à une quantité incroyable d’amis, l’évènement bénéficiant de la proximité de Paris. Plus encore, il m’a permis de découvrir plein de jeunes passionnés. J’ai discuté notamment avec Baptiste, ce jeune passionné de 30 ans venu avec la Bugatti Type 35 A familiale. Son père l’a acquise il y a plus de 60 ans. Toujours en quête d’authenticité, ces derniers sont allés jusqu’au Etats-unis pour retrouver le moteur d’origine.

Baptiste prend le temps de m’expliquer que le tableau de bord a été vraisemblablement coupé horizontalement par un ancien propriétaire qui cherchait à réduire la taille de la voiture. Le frein à main a été modifié, remplacé par celui d’une Brescia. Il connait par coeur sa Bugatti, et m’en donne sans complexe toutes sortes de détails qui en font l’originalité. J’ai particulièrement apprécié ce moment car j’ai senti que cette voiture avait un vécu, des marques laissées par les différentes personnes l’ayant possédé, tout en restant hautement authentique. Bref, tout ce qui fait que l’on aime les voitures anciennes.

Au volant d’un Darmont à Montlhery (enfin presque) !

Puis est arrivé son jeune neveu, qui nous a invité à jouer sur le simulateur de course installé dans le coin Morgan / Darmont. Vous connaissez sans doute ces petits 3 roues qui ont fait la réputation de ces deux marques dans les années 30 (Darmont était le distributeur français de Morgan). Les deux marques fêtaient leur anniversaire. 110 ans pour la première, 100 ans pour la seconde.

vintage_revival_montlhery_darmon_three_wheelers_roadrugcars_road_rug_cars
Credits Alex Velkov

Dans leurs stands, un simulateur de course a fait l’attraction tout le week-end. Un authentique Darmont était placé devant la télévision et connecté à l’ordinateur. Cela permettait au public de conduire virtuellement sur la piste de Montlhery.

Du moins, à condition de parvenir à sortir l’engin du paddock et de rejoindre la piste. Je vais être honnête : avec l’accélérateur sur le volant, et la multitude de manettes et pédales, je n’ai même pas réussi à terminer un tour. Le photographe, Alex, a été un peu meilleur que moi, jusqu’à ce qu’il crache le 3 roues lors du second tour.

Au moins nous avons bien rigolé, en compagnie d’une sacrée bande de passionnés !

Passage par la Prégrille du Vintage Revival Montlhery

Entre les paddocks et la piste, une petite pré grille est organisée en quasi libre-accès. Il faut le voir pour le croire. Imaginez ce que cela fait de marcher au côté des ces MG, ERA, Maserati, voitures de Grand Prix, qui participèrent en leur temps aux plus grandes heures de l’automobile, de nouveau prête à prendre la piste.

Le lieu est embaumé par l’huile de ricin. Cette huile, que les pilotes avaient l’habitude de mettre dans leur essence pour lubrifier les moteurs, a une odeur particulière qui renvoie directement dans les années 40 et 50.

vintage_revival_montlhery_maserati_roadrugcars_road_rug_cars
Credits Alex Velkov

Mais je dois vous avouez que ma classe de coeur du week-end rassemblaient des véhicules avec moitié moins de roues. Et pour cause, je suis tombé raide dingue des plateaux de motos. Plus de 60 participants étaient prêt à en découdre au sein de deux catégories.

Et malgré l’âge de leur machine, certains d’entre eux n’avaient pas peur de tirer franchement sur l’accélérateur. Harleys, Nortons, Triumphs… toutes plus belles les unes que les autres. Et toutes lancées en même temps dans un vacarme assourdissant.

Temps pour moi de rejoindre la piste

J’ai probablement oublié de vous dire que j’étais moi-même participant du Vintage Revival Montlhery. A ce titre, je partageais 4 sessions de piste avec mon père.

Conduire à Montlhery, c’est une chose. Comme Daytona, le circuit combine un circuit routier et un énorme banking, paraissant presque vertical à son extrémité. Avec une avant-guerre, difficile d’être assez rapide pour atteindre ne serait-ce que le milieu du plan incliné, mais les sensations à ce niveau sont déjà incroyables.

vintage_revival_montlhery_race_car_gar_roadrugcars_road_rug_cars_ gar 1100 bol d'or 1927 felix godard
Credits Alex Velkov

Fair-play et conduite respectueuses sont les maîtres mots en piste. Cela n’empêche évidement pas d’aller vite et de conduire de manière sportive, de sorte que l’événement est agréable à regarder pour les spectateurs.

A l’inverse, il n’est pas nécessaire d’être un pilote professionnel, ou bien même un accro de la piste, pour monter sur scène et s’amuser avec les autres pilotes. Bref, comme pour une célèbre enseigne américaine, le mot d’ordre est « venez comme vous êtes » au Vintage Revival Montlhery.

vintage_revival_montlhery_gar_roadrugcars_road_rug_cars gar 1100 bol d'or 1927 felix godard
Credits Alex Velkov

Notre monture ? La GAR 1100 Bol d’Or familiale. Cette voiture est une pièce d’histoire car elle possède encore sa carrosserie (modifiée à l’arrière dans les années 30), son moteur et son châssis d’origine. Elle a participé au Bol d’Or en tant que voiture usine, en 1927, 1930 et 1931.

Du fait de son histoire, le moteur Chapuis Dornier de 1100 cm3 équipé d’un compresseur Cozette nécessitait quelques précautions d’usage. Malgré cela, le pilotage de la GAR m’a donné beaucoup de bonheur, ainsi que de sacrées sensations, glissant dans les virages et roulant à 130 km/h en ligne droite.

Pas mal pour une vieille dame, même si celle-ci atteignait 165 km/h en 1927, sur des routes au revêtement peu adapté. C’était une autre époque, et le moteur était dans de meilleures conditions. La GAR, plus rapide que certaines Brescia, BNC et autres amilcars m’a tout simplement épatée, m’offrant certainement l’un de mes meilleurs souvenirs de ma (courte) vie de conducteur d’avant guerre.

Clap de fin pour le Vintage Revival Montlhery

Après 48 heures passées dans cet endroit coupé du monde réel, il est temps pour nous de faire nos valises. Et d’arriver à un premier bilan. Quel événement ! Des véhicules incroyables, des gens sympathiques, un grand spectacle sur la piste. Que pourrions-nous ajouter d’autre à cet incroyable cocktail ?

Bien sûr, je suis d’ordinaire plutôt orienté compétition, donc j’apprécie quand un chronomètre est impliqué. Mais je dois dire que la qualité de l’événement est d’un tel niveau qu’il rivalise avec une course de championnat, même en ce qui concerne les émotions.

Vintage revival montlhery gar 1100 bol d'or 1927 felix godard

Je ne ferai qu’une seule observation, étant préoccupé par la transmission de la passion aux jeunes générations. La qualité de l’événement est exceptionnelle. Et c’est même peut être un peu trop. A moins, comme moi, d’avoir la chance de conduire une voiture de la collection familiale, il est difficile d’être jeune et d’atteindre ce genre d’évènement avec un véhicule acquis par ses propres moyens.

Certaines (voir même l’immense majorité des) avant-guerres sont accessibles pour un prix raisonnable, comme des Austin Sevens. Bien sur, il est difficile de les inscrire si elles ne sont pas dotées d’un historique spécifique.

Cependant, pourquoi ne pas créer une classe spéciale pour les jeunes propriétaires et conducteurs, dont les conditions d’éligibilité seraient peu moins strictes? Je pense qu’un tel « sacrifice » s’avérerait payant, permettant d’encourager la participation des plus jeunes. Nous sommes l’avenir de ces événements, et compte tenu du nombre jeunes visiteurs, le potentiel semble énorme.

Quoi qu’il en soit, le Vintage Revival Montlhery est expérience incroyabe. Je serai sans hésitation au départ de la prochaine édition, qui se déroulera en 2021!

Laisser un commentaire