L’un des derniers circuits en ville encore actif !

Les circuits urbains m’ont toujours fasciné. Si aller vite sur circuit standard tient du talent, il s’agit de prouesse lorsque vient l’heure de poser les roues en centre-ville. Conduire au-dessus de ses limites s’avère immédiatement fatal. Courir en dessous, c’est renoncer à mener le peloton.

Pour les spectateurs aussi, le spectacle est fantastique. Il n’y a pas d’autre endroit où il est possible d’être plus proche des voitures, de l’action, du danger. Malheureusement, de telles pistes ont tendance à disparaître peu à peu en Europe.

Les Remparts d’Angoulême, la course historique la plus trépidante de l’année !

Vous connaissez évidemment Monaco. Vous avez probablement vu des images de Pau. Mais avez-vous déjà entendu parler des Remparts d’Angoulême ? Probablement pas. C’est pourquoi vous avez fait une recherche sur Wikipédia. Et vous n’avez rien compris.

En effet lorsque le célèbre dictionnaire participatif indique que « le Grand Prix d’Angoulême est un prix d’excellence récompensant des dessinateurs », cela fait référence au festival international de la bande dessinée.

RoadRugCars étant la seule littérature composant votre bibliothèque informatique, on peut comprendre que vous étiez passé à côté de cet évènement.

GAR 1100 Bol d'Or

Mais rassurez-vous, je ne suis pas venu à Angoulême pour causer bande dessinée, même si j’ai apprécié lire Michel Vaillant plus jeune. J’ai plutôt fait le voyage pour un retour de 90 ans dans le temps, pour une époque où le sport automobile connaissait sa première apogée.

Profitant de l’occasion pour courir au volant de la GAR 1100 Bol d’or familiale, je comptais bien vous faire vivre de l’intérieur les moments forts de ce week-end hors du temps.

Journée du Samedi : plutôt essais ou rallye ?

Traditionnellement, lors d’un meeting de course, le samedi est consacré aux essais libres et qualifications. Pas à Angoulême, où un grand rallye se déroule à travers la Charente. Les participants visitent différents châteaux et villages typiques de cette région réputée pour son vignoble et ses magnifiques paysages

Après le rassemblement, un grand défilé est organisé dans la ville. Tandis que dans le même temps, le personnel de la ville commence à fermer les rues et installe les grandes tribunes pour la course.

15 000 spectateurs sont attendus le lendemain. C’est le moment que nous avons choisi pour faire un petit tour sur la piste afin de la reconnaître. Le circuit est vraiment impressionnant, car situé sur les hauteurs de la ville. De forte montées succèdent à des descentes violentes. De courts virages alternent avec de longues lignes (pas si) droites où les plus rapides atteignent plus de 200 à l’heure. Il y a bien évidement des murs partout, ce qui n’est finalement rien une fois réalisé qu’il y a même des trottoirs. Cela promet des moments serrés.

GAR 1100 Bol d'Or

Nous effectuons les premiers tours dans la circulation normale, c’est-à-dire entre les autocars et les autres fourgonnettes. Il propose des scènes inhabituelles qui me rappellent de vieilles vidéos des 24H du Mans / Targa Florio sur des routes ouvertes. Le paysage est étonnant, car le Circuit des Remparts d’Angoulême suit les remparts de la ville médiévale, avec une vue sur la banlieue, et en arrière-plan la campagne et les forêts de bois.

Dimanche, jour de course au Circuit des Remparts d’Angoulême

Mon petit déjeuner est pris en moins de 5 minutes, je suis en retard. En effet, notre classe se qualifie presque avec le lever du soleil, à 8 heures pétantes. Je rejoins le paddock à pied et je me rends compte qu’Angoulême s’est métamorphosée en un véritable circuit pendant la nuit. Les moteurs rugissent déjà dans les paddocks littéralement situés sur la place centrale, juste à côté de l’hôtel de ville.

Beaucoup de spectateurs sont venus en avant-guerre, et se sont garés partout. Une Bugatti Type 35 patiente entre deux Renault Scenic. Plus loins, le club Citroën envahit l’une des principales places de la ville.

Le paddock est déjà actif, et je rencontre des amis qui participent dans la classe Bugatti. Baptiste est venu par la route de Paris et prévoit de revenir de la même manière, après la course, avec sa Type 35 A d’origine. Un dur à cuire.

roadrugcars road rug cars circuit des remparts angouleme bugatti grand prix

Il est temps pour moi de mettre mon casque et de partir pour une séance de 25 minutes. Nous sommes largués dans l’arène qui est encore très glissante car le soleil s’est levé quelques minutes auparavant.

Je comprends que pour être rapide, il va falloir apprendre à balancer ma machine dans les différents virages du tracé. La seule façon de gagner de la vitesse est de glisser des quatre roues. Maitriser le double embrayage /talon-pointe est essentiel car il faut régulièrement passer la 2ème et même la 1ère vitesse dans les épingles…

La bataille contre les anglais est rude, d’autant plus qu’ils connaissent la piste par cœur à force de venir chaque année. Certains dépassements sont impressionnants. Tout le monde peut en profiter puisque la course est diffusée en direct sur les écrans placés partout en ville. Il y a également une retransmission sur internet et à la télévision locale.

Le Circuit des Remparts d’Angoulême : une atmosphère particulière

J’aime particulièrement l’ambiance authentique du paddock du Circuit des Remparts d’Angoulême. Les pilotes garent les voitures de course là où ils le peuvent, c’est-à-dire là où ils trouvent une place. Quelques voitures de course dorment même à la belle étoile.

Presque aucune n’est propre, et pour une bonne raison : ce sont des voitures de course et non des voitures de salon. Je soupçonne même les propriétaires de Bugatti d’en rajouter une couche (de graisse) et de jouer à celui qui aura la plus huileuse.

roadrugcars road rug cars circuit des remparts angouleme bugatti brescia

Les pièces les plus impressionnantes sont engagées dans la catégorie « Edwardians ». Ivan Dutton est présent avec sa Peugeot Indianapolis de 1914. Ce vieux monsieur pourrait paraître frêle si vous le rencontrez dans un tout autre contexte. Mais derrière le volant, cet homme ressemble à un jeune garçon, utilisant des mouvements précis avec une force insoupçonnée. C’est quelque chose de le voir à l’œuvre, sur une telle bête, sur un tel circuit.

Buick, Berliet, Mercedes-Benz et d’autres gros cubes complètent la classe. Il y a aussi deux Alfa Romeo 8C, présentes ici pour célébrer le 80e anniversaire de la piste. Raymond Sommer a remporté le premier Grand Prix d’Angoulême à bord d’une Alfa Romeo Tipo 308 en 1939.

Vous avez dit Bugatti ?

Si vous demandez à un profane quel est son avant-guerre favorite, il est fort probable qu’il vous réponde : « Mais qu’est-ce qu’une avant-guerre ? Et s’il le sait, il est fort probable qu’il réponde Bugatti Type 35.

Ce modèle particulier est un mythe. Au cours des années 20, il a remporté la plupart des courses auxquelles il a participé, grâce à son moteur iconique à trois soupapes de 2,0 litres à arbre à cames en tête et huit cylindres en ligne.

roadrugcars road rug cars circuit des remparts angouleme bugatti type 35

Celle-ci ne s’est jamais imposée à Angoulême car la production était déjà ancienne lorsque le premier grand prix a eu lieu. Toutefois, une type 37 à 4 cylindres, permettra à son conducteur de finir sur le podium lors de la première édition.

En 2019, les Bugatti volent la vedette. Les meilleurs pilotes parviennent à les faire déraper dans tous les virages. A un tel point que l’on se demanderait presque s’ils savent les conduire autrement qu’en crabe. En raison de l’excès de puissance, environ 200 cv, les Type 35 à compresseur vont très vite, offrant de magnifiques combats au public.

Le plateau Nicolosi rassemblait les 8 cylindres, tandis que le trophée Raymond Mays celles à quatre cylindres, à savoir la Type 37 et la Brescia. C’est un peu dommage que seule une minorité d’entre elles ne soient réellement authentiques… Mais le spectacle offert sur le Circuit des Remparts d’Angoulême est tellement impressionnant que tout ceci est vite oublié.

Toute la ville d’Angoulême à l’unisson pour célébrer le sport automobile.

De retour dans les rues d’Angoulême (je veux dire, celles où les gens ne font pas la course), je ne peux que constater la popularité de l’événement. C’est vraiment plaisant de voir que tout le monde joue le jeu. Chaque façade de magasin expose du contenu relatif aux voitures.

Le musée de la ville propose une exposition gratuite sur l’histoire du Circuit des Remparts d’Angoulême. Plusieurs événements ont été organisés à destination du plus jeune public. Le monde automobile est tourné vers le public et non le contraire, c’est tout l’intérêt de l’évènement.

La nuit, une grande fête a lieu dans les halles du marché. C’est l’endroit ou les pilotes, les équipes et les responsables se rencontrent. Jusqu’à tard dans la nuit, un concert de rock est donné. La veille, un Concours d’Elégance est organisé devant 8 500 personnes. Dans une ville de seulement 182.500 habitants ! Partout dans les jardins, les places, des voitures sont exposées. Le Grand Prix est véritablement accessible à tous.

Fin d’un magnifique week-end au Circuit des Remparts d’Angoulême !

Malheureusement pour nous, le moteur de notre GAR n’aura pas tenu. Une bielle ayant coulé durant la pré grille. Après investigation, une petite goupille s’est détachée de la pompe à huile et a obstrué le système de lubrification. Sans huile, le moteur s’est bloqué en quelques dixièmes de secondes… avant que je ne parvienne à l’arrêter. Heureusement, les dégâts ne sont pas si importants et notre GAR sera vite réparée.

C’est sûr, nous serons de retour, pour la prochaine édition.

GAR 1100 Bol d'Or

Laisser un commentaire