Auto-Moto Classic, de ce que j’ai pu en voir !

Suite à la visite du salon de Reims, je vous confiais mon envie de découvrir plus d’expositions du genre. Si vous êtes sans doute passé à côté, Nicolas l’avait visiblement bien noté. Nico c’est ce gars qui est toujours en charge des reportages dans des pays sexys tels que l’Espagne ou la Suède. Quand je lui ai dit que, comme lui, j’aimerais découvrir des endroits exotiques, il m’a fait un grand sourire. Puis m’a lancé « j’ai la mission parfaite pour toi : tu vas visiter Auto-Moto Classic ». C’est à Strasbourg

Auto-Moto Classic show

C’est ainsi que je me suis retrouvé dans un train pour l’Est de la France. Comme je suis un contributeur sérieux, j’ai consulté le dossier de presse pendant mon voyage. 21.000 visiteurs l’année dernière, 500 voitures réparties sur 25.000 mètres carrés. Pas mal pour une première édition !

Je pensais que mon principal défi serait de parler d’un salon et d’être innovant. Je me fourvoyais. Lorsque je suis arrivé avec les journalistes dans le bâtiment principal, j’ai réalisé que l’article ne parlerait pas de l’événement en lui-même, mais de son installation, car rien n’était prêt. L’intention des organisateur d’Auto-Moto Classic? Nous montrer les coulisses de l’événement. Pourquoi pas ?

Auto-Moto Classic show

Si cela a pu déranger certains, c’était pour moi l’occasion rêvée de voir les voitures en action. Ca vous dérangera peut-être, car à la fin de votre lecture, vous ne saurez pas à quoi ressemble vraiment ce salon.

Un journaliste sérieux aurait préféré attendre l’ouverture au public ou un joli mail remplies de jolies photos de presse prêtes à être publiées. N’étant ni un véritable journaliste, ni un photographe, je me suis lancé dans la description d’un salon pas encore installé.

Je ne crois que ce que je vois… de l’Auto-Moto Classic

Alors, parlons de ce que j’ai vu. Des voitures fabuleuses étaient déjà présentes lors de notre visite. L’emplacement du salon aide. En effet, Molsheim n’est qu’à 25 kilomètres. Soit environ 22 minutes si vous décidez de faire la route avec une Type 35.

Et en parlant de 35, il y en avait déjà quelques unes de garées dans le hall principal. Mais ce ne sera probablement pas l’attraction principale du week-end. Si j’étais honnête, je dirais que les Chiron, Divo et Veyron 16.4 ont quelques chances d’hypnotiser la plupart des visiteurs. Comme ce fut le cas lors de l’avant-première presse.

Auto-Moto Classic show

Cependant, je préfère me rassurer en disant que les spectateurs n’auront d’yeux que pour cette T27 Brescia. Ou encore pour cette Atlantic noire garée à côté d’un prototype du roadster Bugatti 57 conçu par Jean Bugatti. certes, ces deux modèles sont des reconstitutions, mais ils sont basés sur des châssis originaux, représentant deux des plus belles réalisations de la firme alsacienne.

Et puis, pour être honnête, sauf à savoir où se trouvent les trois modèles authentiques encore existants, difficile de dire si l’Atlantique est une réplique ou non.

Auto-Moto Classic show

Bugatti 57 Roadster Prototype

Même chose pour ce qui concerne le 57 qui, semble t-il est une recréation basée sur le chassis 57555. La présence de cette voiture est importante car elle rend hommage au prototype du roadster conçu à l’origine par Jean, fils d’Ettore, pour être exposé au Salon de l’automobile de Paris en 1936. Il s’agissait du châssis 57285, qui avait la même couleur que celle prise en photo ci-dessus.

Juste après le salon (de 1936, pas de 2019), la voiture a perdu ses ailes lorsqu’elle a été vendue au peintre André Derain. En effet, elle générait une charge aérodynamique verticale, comme une aile d’avion, rendant la voiture difficile à tourner à grande vitesse, et dangereuse une fois les roues tournées…

Au total, ce plus de 30 Bugatti seront exposés. Vous voulez en savoir plus ? Allez à la rencontre des membres du club Bugatti, dont l’accueil est chaleureux. Ils se feront un plaisir de vous fournir de nombreux détails.

Bugatti contre Sébastien Loeb Racing

Qui a dit que Bugatti était le produit Alsacien par excellence (avec le Gewurztraminer et le Kouglof ?). Ce serait certainement oublier que Sébastien Loeb est né dans la région de Strasbourg, à Haguenau pour être précis (à 35 km du salon, vous pouvez organiser un pèlerinage juste après avoir visité le salon).

Auto-Moto Classic show

Et il ne fait aucun doute qu’il sera l’une des stars du salon, celui-ci faisant le déplacement avec trois de ses voitures emblématiques. La première est la Xsara avec laquelle il est devenu 3 fois champion du monde. Avec la seconde, la 208 T16 Pikes Peak (la vraie, pas un modèle d’étude, c’est suffisamment beau pour être souligné), il a battu et détenu le record de la course de cote éponyme pendant 5 ans. Et enfin, il y a cette 306 maxi, l’une de ses dernières folies avec le Sebastien Loeb Racing, avec laquelle il s’engage dans des compétitions historiques.

Auto-Moto Classic est-il différent des autres salons ?

En demandant aux organisateurs ce qui fait la particularité de Strasbourg, la réponse est « eh bien, nous essayons de suivre les conseils des participants et des exposants et nous ne suivons aucune ligne préétablie. Par exemple, nous n’organisons une vente aux enchères que si elle en vaut vraiment la peine. Cette année, ce n’était pas le cas par rapport à l’édition précédente ». Drôle de réponse, mais nous apprécions l’idée de ne pas s’imposer de normes !

Auto-Moto Classic show

Répondant à la demande du public, ceux-ci ont conviés les vendeurs de pièces détachées, car il s’agissait d’une demande du public.

La diversité des voitures présentées est également un point fort de l’événement : les véhicules militaires côtoient les motos et les youngtimers. L’objectif est de s’adresser à tous, en particulier aux jeunes propriétaires. Et dans cette perspective, le club Citroën sera un acteur majeur, célébrant par la même occasion le 110ème anniversaire de la marque. Ils exposent une quantité folle de voitures, classées par années.

Vous adorerez voir cette DS immaculée qui semble (et sent le) flambant neuve bien qu’elle n’ait jamais été restaurée. Vous apprendrez aussi que certains collectionnent les Berlingo et C6…  Et ou finalement, pourquoi pas ? Dans quelques années, nous dirons qu’ils étaient des précurseurs.

A l’extérieur, un parking sera là pour accueillir les visiteurs qui viennent avec leur classique. A l’intérieur, de grands concessionnaires et garages partageront l’espace avec des club, le tout offrant un diversité intéressante.

Mais tout cela, c’est d’après ce que je peux imaginer. Puisque je n’ai pas vu la version finale d’ Auto-Moto Classic qui aura lieu du 26 au 28 avril 2019.

Laisser un commentaire